Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

KOCHIPAN

Un autre regard sur l'Asie orientale


Interview : Katie Ying

Publié par Kochipan sur 16 Mars 2016, 10:00am

Catégories : #Interviews

Interview : Katie Ying

Katie Ying est une illustratrice hongkongaise que le public francophone a pu découvrir récemment grâce à la revue Jentayu avec laquelle elle a collaboré pour leur dernier numéro. Depuis sa première exposition, il y a 3 ans, l'artiste fait partager une vision fantastique de sa vie quotidienne. Kochipan vous propose aujourd'hui de mieux la connaître...

Bonjour, pourriez-vous vous présenter aux lecteurs de Kochipan ? 

Bonjour ! Je suis une artiste de Hong Kong. Je suis heureuse de pouvoir partager mon travail artistique ici. Merci de regarder. 

Quels étaient vos premiers pas dans le monde artistique visuel ? 

J'ai commencé par me concentrer sur la peinture après être diplomée. La peinture n'était pas la matière la plus importante lorsque j'étudiais à l'Art School de Hong Kong. J'ai juste suivi mon instinct au début et la chose la plus intéressante est que j'ai trouvé toutes ces choses au hasard dans la peinture. Le processus créatif est plus comme une communication interne avec moi-même. J'ai reçu une appréciation innatendue et c'est ainsi que j'ai commencé ce voyage spirituel dans l'art. Mon style fut plus somple au début car tout le monde pensait que l'obscurité était vraiment adaptée à mon attitude et à ma personnalité. Toutefois, je ne veux pas être limitée par d'autres personnes. L'obscurité, la colère, la tristesse et la mort n'est pas ce que je veux. Je croyais que je pouvais trouver une meilleure vision, j'ai donc essayé de peindre l'espoir et la joie qu'il y avait dans mon coeur et c'est devenu ainsi mon propre style de l'obscurité. 

Interview : Katie Ying

/

On peut justement noter différentes facettes de votre personnalité notamment à travers "White Forest collection" ou "Black and white collection". Comment décririez-vous ainsi votre univers artistique et de quelle façon cela traduit-il votre propre sensibilité ? 

"White Forest collection" provient de mon expérience issue de ma visite de ma soeur à Toronto. Elle m'a emmené m'amuser dans la nature, faire de la randonnée, voir la neige, les écureuils, les oies canadiennes en hiver. Les gens qui, comme moi, grandissent dans la ville la plus dense et la plus dépressive qu'est Hong Kong, n'ont hjamais vu de paysage spectaculaire comme ça. Le silence m'a beaucoup touché. La nature, les animaux, les fleurs, les arbres sont devenus mes principaux thèmes de peinture depuis. Tout cette nature et ces animaux n'étaient pas vraiment mes préférés. J'ai realisé ensuite qu'ils étaient comme un symbole dans mon esprit. Comme les matricaires et les cerfs sont l'espoir et la foi. Ils sont en symbiose c'est pourquoi je les peins toujours ensemble. Je voulais exprimer la paix de l'esprit et l'insistance de la foi dans cette collection. 
J'ai ensuite démarré "Black and White collection". Le thème est sur la nuit obscure et les étoiles. J'étais en train d'écouter le nouvel album de Deerhunter, Monomania, durant la nuit lorsque je revenais à la maison. J'ai soudain vu une mer d'étoiles lorsque j'écoutais la piste "Blue Agent". Cela m'a inspiré pour créer cette collection. J'ai trouvé que les paroles de "Blue Agent" évoquait au face à face avec notre peur et le fait d'être honnête avec soi-même. Avant cela, je n'aimais pas le monde du noir et blanc car cela me rendait opressée. Et je n'aimais pas la nuit car j'avais peur de l'obscurité. Mais j'ai trouvé que les étoiles durant la nuit étaient grandioses. Je n'ai plus eu peur de l'obscurité ensuite et j'ai apprécié les étoiles lorsque cette collection fut terminée. "Black and White collection" est au sujet de ma propre peur. 

Interview : Katie Ying

/

Vous vous mettez également en scène dans votre "Visual diary". Quelle place prennent ces illustrations dans votre travail ? 

Tous ces endroits sont des lieux où je suis allée, comme le parc à côté de chez moi, des lieux de pique-nique. Des endroits où j'ai envie d'aller comme des rives et des champs de fleurs. Ou des lieux issus de mon imagination comme lorsque j'ai apporté des hortensias dans le marché aux fleurs (j'aime vraiment les plantes et je traine souvent là-bas) et que je les ai mises dans ma chambre. J'ai imaginé qu'il y avait une mer d'hortensia. 

En France on a pu apprécier votre travail à travers le dernier numéro de la publication Jentayu. Comment a demarré cette collaboration et comment l'avez-vous apppréhendé ? 

J'ai reçu un e-mail de l'éditeur un jour et il m'a dit qu'il voulait collaborer avec moi. J'ai bien aimé le thème sur les dieux et les démons j'ai donc immédiatement accepté. La plupart des histoires furent sur des légendes chinoises j'ai donc pu comprendre la thématique facilement. Certains thèmes n'étaient pas familiers pour moi, j'ai donc du faire des recherches sur googles. Et grâce aux conseils précieux de l'éditeur j'ai pu finir le travail doucement.

Interview : Katie Ying

/

Vous avez également collaboré au projet Animovie à Hong Kong. Pouvez-vous nous en dire plus sur celui-ci ?

Animovie est un projet créé par moi-même et mon partenaire Henry Wong. Henry travail dans l'industrie cinématographique et il es diplomé en ce domaine. Il aime le cinéma et la musique. Il est bon dans l'écriture. Je suis responsable du dessin et du design des personnages. Animovie est également le nom d'un disquaire fictif que nous avons créé. Le travail artistique est sur Mr Bear et d'autres employés. Ils font ce travail pour réintérpreter les films, la musique et l'expérience de leur vie quotidienne. Animovie est vraiment un défi et une chance d'apprentissage pour moi car j'ai besoin de dessiner un style et un thème qui sont différents de ce que j'ai pu faire auparavant. J'aime la collaboration. Il peut y avoir une bonne alchimie lorsque nous faisons de la créativité commune. 

Quel regard portez-vous sur la scène artistique actuelle de Hong Kong ? 

La plupart des citoyens de Hong Kong ont un manque d'habilité et de patience pour apprécier l'art. Ils se soucient trop des valeurs économiques. La plupart des travaux artistiques dans les rues de Hong Kong sont juste des illustrations commerciales ou des bandes dessinées dans un style similaire.

Pour quelqu'un qui découvrirait votre oeuvre pour la première fois, que lui suggéreriez-vous avant de prendre part au voyage ? 

Toutes mes oeuvres tournent autour de moi-même. Je crois qu'il y a des personnes qui apprécient mon oeuvre patiemment et dans explication. Ce type de public me rend heureuse. Je pense juste que peut être mon oeuvre n'est pas faite pour cex qui ne peuvent comprendre ou s'intéresser à mon travail. 

Interview : Katie Ying

/

Quels sont vos projets et avez-vous un message pour le public français ? 

Je veux plus dessiner sur la ville où j'ai grandi, Hong Kong. Beaucoup de belles choses traditionnelles sont en train de disparaître ici. La ville est en train de devenir un moule qui a les mêmes rues, les mêmes boutiques et les mêmes chaînes de magasins partout. Je veux utiliser mon crayon pour garder ces vieilles choses dans ma mémoire. 
Merci au public français de m'avoir lu. 

 

© Photo et Illustrations : Katie Ying
© Interview réalisée par E-mail - Kochipan (Mars 2016)

Merci à Katie Ying pour avoir accepté cette interview ainsi que pour son accueil

Site officiel de Katie Ying

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents